La blockchain est un procédé technologique basée sur la cryptographie permettant d’enregistrer des transactions, des signatures, des contrats. C’est comme un grand livre de compte où les pages seraient accessibles à tous et ce livre serait garantis inaltérables par un réseau de pairs indépendants et incorruptibles.

Le principe de la blockchain est que toutes les informations sont stockées dans des fichiers plutôt que d’être centralisés dans la même base de données, les fichiers sont distribués auprès des utilisateurs du réseau d’échange. C’est ce que l’on appel un réseau décentralisé.

Ainsi, il existe autant de copies que d’utilisateur sur le réseau, ce qui rend l’information non seulement ultra transparente donc impossible à pirater, pour pouvoir pirater le réseau il faudrait modifier tous les fichiers qui existent sur tout les ordinateurs ayant télécharger ce grand livre, ce qui est quasiment impossible.

Avec ce système, n’importe qui peut écrire une transaction dans ce nouveau registre distribué, il suffit d’écrire la transaction dans le fichier et de partager ce fichier avec les autres utilisateurs pour qu’ils sachent que la transaction a été effectuée.

Chaque transaction sur le réseau est validée par une méthode de cryptologie asymétrique permettant de vérifier que la transaction est autorisée par les deux utilisateurs de l’échange et que cette transaction est faisable (j’ai donc les moyens financiers, j’ai bien créer ce morceau de musique ou je possède bien la propriété de ce bien, ).

Il faut ensuite synchroniser tous les fichiers afin que tous les utilisateurs sachent qu’un nouvel échange a été réalisé et qu’il doit être enregistré. Le risque est qu’il y ai deux transactions qui soient effectuées dans le même temps sur deux fichiers différents : quel fichier doit être synchronisé en premier ?

Pour résoudre cette problématique, les ordinateurs doivent résoudre un problème mathématique informatique qui se complexifie en fonction de la charge de la blockchain (plus elle est active plus les problèmes sont complexes), le premier ordinateur qui résout son problème peut valider son fichier, et la boucle recommence. Ce principe est appelé la preuve de travail ou Proof of Work.

Pour assurer l’inaltérabilité des fichiers, chaque block dans la chaîne contient une clé de contexte : une partie du block précédent est intégré dans le nouveau block, ainsi si un block antérieur est modifié toute la blockchain s’écroule.

Plus le temps passe, plus une blockchain est inviolable, c’est pour ça qu’il est indispensable que la blockchain soit très active et que de nombreux blocks s’ajoutent afin de sécuriser les blocks précédents.

Publié par KÉVIN VIDALENS

Je suis Kévin VIDALENS de KEVIDO.WEB c'est une entreprise spécialisée dans le web marketing et la création de sites vitrines et e-commerce. Mais je suis avant tout passionné du Bitcoin et des crypto-monnaies, qui sont sans doute, les inventions les plus importantes de ce siècle. Pour la toute première fois, n'importe qui peut envoyer ou recevoir n'importe quel montant avec quelqu'un d'autre, n'importe où sur la planète. C'est l'aube d'un monde meilleur et plus libre.

Laisser un commentaire